Auteurs

Livres de Philip K. Dick

Avec 45 romans et près de 120 nouvelles, Philip K. Dick est l’un des auteurs qui a le plus révolutionné la science-fiction. Son influence ne s’arrête d’ailleurs pas à la littérature puisque la plupart de ses livres et de leurs univers ont fait l’objet d’adaptation au cinéma ou en série. S’il n’est pas possible de donner un classement objectif des meilleurs livres de Philip K. Dick, voici toutefois ceux qui ont été les plus marquants. 

Le maître du Haut Château

Considéré comme l’un des meilleurs romans de Philip K. Dick en raison de sa nature imaginative, The Man In The High Castle se déroule dans un univers alternatif où les Alliés ont perdu la Seconde Guerre mondiale. En effet, les nazis ont développé la bombe atomique et l’ont utilisée pour bombarder Washington, forçant une capitulation alliée. Dans la foulée, les États-Unis sont divisés entre les Japonais, qui occupent la moitié occidentale du continent, et les Allemands, qui revendiquent l’est, avec le Colorado servant de sorte de zone autonome gouvernée par un maréchal nazi. Nous suivons différents personnages lorsqu’ils entrent en contact avec un livre intitulé The Grasshopper Lies Heavy, qui représente une réalité alternative dans laquelle les Alliés ont gagné la Seconde Guerre mondiale, et dont l’auteur, en raison de la nature subversive du livre, vit dans une maison fortifiée connue sous le nom du «Haut Château».

Le maître du Haut Château

Première publication : 1962
Nombre de pages : 380
Edition : J’ai lu (12 novembre 2013)

Voir sur Amazon

Ubik

Ubik est l’un des romans des plus culte de Philip K. Dick. Dans ce véritable voyage vers l’absurde, le magnat des affaires Glen Runciter emploie une équipe d’antipsychotiques pour protéger la vie privée en protégeant les secrets d’entreprise contre les espions télépathiques. L’équipe est alors prise en embuscade par une compagnie rivale et dissoute afin d’être placée dans la «demi-vie» qui s’apparente à la cryogénisation. Ignorant leurs blessures , ils poursuivent leur mission mais commencent à s’interroger sur la réalité lorsque des événements étranges se produisent, tels que le renversement du temps ou que le visage de Runciter apparaît sur des billets et des pièces de monnaie. Ubik est un livre où rien n’est certain et dont la profondeur de l’intrigue rend le lecteur aussi confus que les personnages qui vivent une réalité déformée.

Ubik

Première publication : 1969
Nombre de pages : 288
Edition : 10 X 18 (24 septembre 1999)

Voir sur Amazon

Blade runner : Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

Initialement intilué Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, ce livre de Philip K. Dick est sortie en 1968 et a été l’inspiration pour le film Blade Runner de Ridley Scott sorti en 1982. Dans cette dystopie, les androïdes sont fabriqués pour effectuer des tâches dangereuses et subalternes sur la colonie de Mars. Certains tentent d’échapper à leur destin en fuyant vers la Terre. Rick Deckard, un chasseur de primes, est alors chargé d’identifier les androïdes rebelles et de les détruire. Mais les machines à base de silicium peuvent-elles être vivantes si elles font preuve de conscience ? Les significations de l’humanité, de la moralité et de l’empathie sont remises en question tout au long du roman. Deckard a du mal à déterminer s’il prend une «vie» ou s’il désaffecte une imitation sans vie. Il utilise un test d’empathie pour déterminer si les formes à l’apparence humaine sont des personnes ou simplement des imitateurs. Qu’est ce qui différencie l’Homme de l’androïde ? Un questionnement que l’on retrouve également dans le second opus du film Blade Runner 2049, réalisé cette fois par Denis Villeneuve.

Blade runner : Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

Première publication : 1968
Nombre de pages : 283
Edition : J’ai lu (10 juin 2014)

Voir sur Amazon

Substance Mort

Substance Mort nous emmène dans une dystopie proche de l’avenir, où une déferlante de drogue a envahi le pays. Fred, un agent infiltré pour la brigade des stups, est chargé d’espionner Bob Arctor, un toxicomane qui n’est en fait que lui-même. Alors qu’il s’infiltre dans le monde souterrain de la drogue, il doit aussi prendre de la Substance M pour rester discret, en devenant vite addict. Toute la réalité autour de lui s’effondre et c’est une lutte contre contre la schizophrénie qui va alors commencer. Substance Mort est surement l’un des livres de Philip K. Dick le plus personnel, mettant à la fin son hommage à ses anciens amis toxicomanes en évidence. Pour l’anecdote, il était lui-même très dépendant des amphétamines pour suivre la cadence lors de l’écriture de ses livres.

Substance Mort

Première publication : 1977
Nombre de pages : 400
Edition : Folio (11 octobre 2000)

Voir sur Amazon

Siva – La trilogie divine

SIVA est le premier livre de la trilogie divine (qui comporte en fait quatre livres) qui sera suivi par L’Invasion divine, La Transmigration de Timothy Archer et Radio libre Albemuth. Le premier roman nous faire suivre les aventures de Horselover Fat qui rencontre une force divine sous la forme d’un faisceau de lumière rose. Celle-ci est en faite SIVA, Système Intelligent Vivant et Agissant, qui communique alors au protagoniste des informations capitales concernant l’avenir de l’humanité. Alors qu’on découvre que le personnage principal est en fait un hétéronyme de Philip K. Dick, la trilogie décrit ses pensées et fascinations sur la vie, les religions, la métaphysique et de délires schizophréniques.

Siva

Première publication : 1980
Nombre de pages : 368
Edition : Folio (9 mars 2006)

Voir sur Amazon

Minority Report

Qui n’a jamais vu Minority Report de Steven Spielberg avec Tom Cruise ? Et bien ce film qui a connus un très fort succès est en faite une adaptation d’une nouvelle du même nom par Philip K. Dick dans les années 50. Pour vous rappeler un peu l’histoire qui se déroule dans un monde futuriste, les meurtres peuvent être prédits à l’aide d’êtres humains mutants, les précogs. Grâce à leur pouvoir très précis, il est alors possible pour l’organisme Précrime d’arrêter les suspects avant qu’ils se commettent n’importe quel crime. Cette pratique pose toutefois une question de moral : Peut-on arrêter quelqu’un pour le crime qu’il n’a pas commis ?

Minority Report

Première publication : 1956
Nombre de pages : 436
Edition : Gallimard (2 octobre 2002)

Voir sur Amazon

Le Dieu venu du Centaure

Le Dieu venu du Centaure est une histoire d’horreur mélangée à la science-fiction. Dans ce récit, les terriens ont colonisé toutes les planètes et lunes habitables du système solaire afin de pallier au réchauffement de la Terre. Toutefois, la vie devient vite monotone et les gens s’évadent grâce à une drogue, la D-Liss, développée par une société qui fabrique également des poupées. C’est d’ailleurs par l’intermédiaires de celles-ci que les consommateurs peuvent créer des hallucinations collectives afin de s’imaginer sur la Terre tels qu’ils l’idéalisent. Lorsque Palmer Eldritch revient d’un long exile avec une nouvelle drogue, bien meilleure, moins chère, et très populaire dans les autres colonies, cela n’arrange pas du tout les affaires de la société et de son dirigeant Leo Bulero. Mais face aux effets cachés de cette nouvelle drogue, le livre nous emmènera dans un trip psychédélique qui fait une fois de plus douter de la réalité…

Le Dieu venu du Centaure

Première publication : 1965
Nombre de pages : 285
Edition : J’ai lu (11 mars 2015)

Voir sur Amazon

Coulez mes larmes, dit le policier

Coulez mes larmes, dit le policier est basé dans un monde dystopique où les institutions démocratiques ont échoué aux États-Unis et où le pays est devenu un état policier à la suite de la seconde guerre civile. L’histoire suit une célébrité du petit écran, Jason Tavener, qui se réveille un jour perdu dans un monde où personne ne le reconnaît, sans aucune identité ni aucune connaissance. Le livre emmène le protagoniste dans un voyage cauchemardesque pour trouver des réponses à ses questions inexplicables. Comme dans la plupart des autres livres de Philip K. Dick, les drogues sont également très présentes.

Coulez mes larmes, dit le policier

Première publication : 1974
Nombre de pages : 286
Edition : J’ai lu (7 janvier 2015)

Voir sur Amazon

Le temps désarticulé

Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Le temps désarticulé traite de la nature de la réalité en nous questionnant sur la différence du monde tel que nous le percevons et ce qu’il est réellement. Alors que Ragle Gumm pense vivre en 1959 et qu’il a servi dans la Seconde Guerre mondiale, il découvre qu’il vit en fait en 1998. Après une série d’hallucinations, il commence alors à douter de sa version du monde et se met en tête d’une manière inquiétante, qu’il est le centre de son monde. A noter que ce livre a inspiré le fabuleux film The Truman Show avec Jim Carrey.

Le temps désarticulé

Première publication : 1959
Nombre de pages : 253
Edition : J’ai lu (12 mars 2014)

Voir sur Amazon

Glissement de temps sur Mars

Glissement de temps sur Mars nous emmène cette fois sur une colonie martienne. Décrite de façon brillante et remarquable, on découvre petit à petit la vie de colons sur Mars, qui ont finalement les mêmes problématiques que les autres terriens, malgré un environnement bien différent. Au fur et à mesure que le roman progresse, les choses deviennent sérieuses lorsque les cas de schizophrénie se multiplient dans la nouvelle génération. Les jeunes malades sont alors regroupés et isolés dans un centre spécialisé. Parmi eux un jeune garçon schizophrène et autiste, prénommé Manfred Steiner, va être pris en charge par un certain Jack Bohlen. A travers cette analyse profonde de la santé mentale et des contingences de la réalité, ce livre de Philip K. Dick est l’un de ses plus poignants.

Glissement de temps sur Mars

Première publication : 1964
Nombre de pages : 256
Edition : J’ai lu (10 septembre 2014)

Voir sur Amazon

Une remarque ou une idée de livre ? Dites-le en commentaire